Le village de Laferté semble exister depuis le IXème siècle. Le texte d'une bulle du pape Jean VIII mentionne en 876: "Et in Barensi pago sylvam quam locant montem Sancti Eugendi super fluvium Alboe vocabulo ibi ecclesia in honore Sancti Eugendi constructa est." Ce qui peut se traduire: "et dans la forêt du pays de Bar, où se trouve la colline Saint Eugende, au dessus de la rivière appelée Aube, ici est construite une áglise en l'honneur de Saint Eugende".
Un prieuré existait peut-être à la même époque.
C'est vers le Xème siècle qu'un certain Achard, dit "le Normand", construit la première forteresse. Un de ses descendant (fils ou petit-fils), Notcher, comte de Bar, est dit "de la Ferté".
La châtellenie de la Ferté avait ses propres seigneurs, dépendants des comtes de Bar, puis des comtes de Champagne. Laferté a connu le passé glorieux d'une citadelle aux portes de la Champagne. Bâtie sur une éperon rocheux surplombant la rivière Aube, il ne reste que de petites traces de ce passé. Une pente abrupte au détour d'une ruelle ou un escalier de quelques marches marquent les endroits des anciens remparts. Escalier au bout de la rue des Juifs, le long de l'église et dans la ruelle couverte (entre la rue Champagne et le rue Maugé. Forte pente au début de la rue des Frères Billette, au bout de la ruelle des Amoureux (entre la rue Beurnonville et la rue du Moulin), dans la ruelle du Château (entre la place du château et la rue Maugé), au dessus de la ruelle d' en Bas (entre la rue Maugé et la rue de Villars). Escalier et forte pente dans un ruelle (entre la rue des Frères Billette et la rue Marasi)...
Les voies romaines autour de Laferté (dessin de Jolibois.)
En rouge, Laferté, en jaune, Chateauvillain, en bleu, Arc-en-Barrois.
Les voies romaines autour de Laferté
Vue de Laferté en 1544. (Lavis sur toile peint pour Charles Quint, BN Espagne, Madrid.) Vue de La Ferté en 1544.