Cérémonie du 8 mai (2015)

 
 Le public attentif
 
J-F Maitrot joue la Marseillaise.   Pierre Chéron lit la lettre du secrétaire d'état.

Ce 8 mai 2015 marquait le soixante-dixième anniversaire de la victoire de 1945. La cérémonie du monument aux morts revêtait une forme un peu particulière; comme pour la cérémonie du maquis 2014, le maire avait tenu à associer un jeune à la lecture d'un discours. C'est Pierre Chéron qui a lu la lettre du secrétaire d'état chargé des anciens combattants. Le mot du ministère rappelait le courage de toutes celles et ceux à qui nous devons d'être libres. L'allocution se termine par la paix obtenue au prix du sacrifice d'une jeunesse, une "paix inestimable, dont cette journée...rapelle le prix et la fragilité..." Le maire avait choisi de parler de la libération des camps, citant au passage Pierre Champagne, victime de son devoir. Il terminait par la nécessité d'une Europe unie et préservée, garante de la paix, appelant enfin à "apprendre à nos enfants à préserver l'Europe pour nous préserver des guerres" et à "mobiliser nos forces contre la misère, le chômage...pour contribuer à une société de liberté, d'égalité et de fraternité".
La partie musicale était assurée par Jean-François Maitrot et Rémi Marasi. Après le dépot de gerbe par Jean-Claude Hartmans, président de l'amicale des anciens combattants et Sophie Llaty, troisième adjointe, un pot de l'amitié à cloturé cette matinée.